Cotes de paris : explication – Guide des paris sportifs

Actualités

[ad_1]

Frais de paris

L’une des premières questions qui se posent lorsque l’on commence à s’intéresser à l’univers du jeu concerne Comment fonctionnent les quotas de paris. Il existe trois types de quotas (décimaux, fractionnaires et américains), mais nous axerons l’explication sur les premiers, car ce sont les plus utilisés et les plus universellement reconnus.

Le quota ne fait rien d’autre qu’estimer la probabilité d’un résultat donné. Par la suite, en cas de pronostic correct, pour servir à trouver le gain obtenu de ce succès. Par exemple, si les cotes choisies sont de 2,00, cela signifie que le bookmaker paie 2,00 euros pour chaque euro misé. Ensuite, si vous misez 10 euros, le bénéfice brut passe à 20 et le bénéfice net à 10.

Comment calculer

Les bookmakers effectuent des études exhaustives jusqu’à ce qu’ils arrivent finalement à la cote correcte pour chaque événement. En prenant l’exemple d’un match de football, chaque entreprise dispose de professionnels spécialement dédiés à la collecte de toutes sortes d’informations (blessures, suspensions, alignements, statistiques, etc.). C’est ainsi qu’ils arrivent à des probabilités plus fines de résultats possibles.

Pour savoir cul est la probabilité que le bookmaker attribue à chaque résultat la formule suivante doit être exécutée : 100 $ / frais. Ensuite, en imaginant un match entre Barcelone et le Celta, si le quota correspondant à Barcelone est de 1,22, cela signifie que, pour cet opérateur, l’équipe catalane a 81,96% de possibilités de gagner. Ce système est appelé probabilité implicite.

En ce sens, les experts disent qu’il ne faut parier que lorsque l’on considère que les possibilités réelles sont supérieures à celles stipulées par le bookmaker selon cette formule.

Frais et probabilité

La probabilité qui constitue chaque quota est le score idéal pour comprendre comment les opérateurs réalisent leurs profits. L’équation est très simple et, après le match de football, il suffit de calculer les pourcentages des trois alternatives disponibles et de les additionner. Nous constaterons qu’elle dépasse toujours les 100 % et c’est précisément là que se situe le bénéfice pour l’entreprise.

Pour matérialiser l’explication précédente par un exemple, imaginons que le Real Madrid se rende à l’Atlético de Madrid dans le derby de la capitale et que les quotas soient les suivants : 3,50 pour la victoire de Colchonero, 3,00 pour l’égalité et 2,25 pour la victoire de Merengue. Lorsque la formule ci-dessus est appliquée, les quotas seront respectivement de 28,57 %, 33,33 % et 44,44 %. La somme de ces trois pourcentages donne 106,34 % et c’est cet excédent (6,34 % dans le cas présent) qui détermine les dividendes des bookmakers, dont les marges dans ce coût se situent généralement entre 6 et 10 %.

La mutation des quotas

De nos jours, il est très courant que les bookmakers modifient leurs cotes à plusieurs reprises entre le moment où ils publient l’événement et celui où il commence. Cette situation répond strictement aux mouvements que les utilisateurs effectuent. Compte tenu de ce qui précède, nous comprenons que ces entreprises doivent avoir équilibre entre les différentes possibilités présentées par un événement en s.

Par conséquent, si de nombreux joueurs parient sur un favori en payant 2,00 euros pour chaque euro misé, cette somme aura tendance à diminuer dans le seul but de compenser. D’une certaine manière, le bookmaker cherche à persuader ses clients d’investir de manière à ce que l’argent joué dans chacune des deux ou trois alternatives (selon le sport) soit proportionnel.

[ad_2]